L'économie de l'immatériel : des opportunités à saisir ou à laisser… aux autres

"L'enjeu économique n'est plus de faire ce que font les autres même mieux, mais précisément ce qu'ils ne font pas."

"La pression exercée par la concurrence mondiale et le fait que les pays à bas coût de main-d'œuvre ont accès aux mêmes technologies créent une urgence nouvelle."

"Pour autant, disposer d'un atout ne signifie pas que l'on sache le valoriser."

" (…) nos économies sont passées d'une logique de reproduction à une logique d'innovation"

"Les TIC sont à l'économie de l'immatériel ce que le développement de l'électricité a été pour le modèle industriel."

"L'économie de l'immatériel se caractérise par un niveau d'incertitude et de risque élevé du fait de l'importance de l'innovation."

" (…) contrairement à un investissement physique qui conserve généralement une valeur résiduelle, même faible, les investissements immatériels peuvent être entièrement perdus si l'innovation à laquelle ils ont conduit n'aboutit pas ou si elle se révèle un échec commercial."

"L’économie de l’immatériel se fonde sur de nouvelles matières premières : le savoir, les connaissances, la créativité, l’imagination, les technologies de l’information, la capacité d’entreprendre."

Ces quelques "extraits de vérité" ont été prélevés dans L'économie de l'immatériel - La croissance de demain, rapport (168 pages) commandé par le Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie (France) et publié en 2006.

Une fois encore, le verre peut être vu à moitié plein ou à moitié vide. Une fois encore, il y a matière à réfléchir et sans doute à agir ou à réagir.