Technique rédactionnelle avancée : la pyramide de Barbara MINTO

Les techniques rédactionnelles sont le plus souvent axées sur la maîtrise de la langue, le style ou la lisibilité de la production écrite. C’est oublier le syndrome de la page blanche, auquel est confronté tout professionnel amené à rédiger un document important.

Que dire ? Comment le dire ? Comment organiser ses idées ? Le principe pyramidal de Barbara Minto est une des rares techniques qui s’attache davantage à la structure de l’argumentation, c'est-à-dire au fond et au déroulement d’un discours, plutôt qu’à sa forme.

Diplômée de l’Université de Harvard, Barbara Minto a débuté sa carrière chez McKinsey. Elle fut la première femme à devenir consultant dans les années 60. Le ‘Pyramid Principle’ est aujourd’hui utilisé par les plus grands cabinets de conseil en management à travers le monde pour rédiger des rapports d’audit et concevoir des présentations.

La méthode fait appel aux arbres logiques ou arbres d’argumentation pour organiser par écrit un raisonnement. Elle repose sur certains règles qu’il faut connaître avant toute rédaction :

1 - L’introduction

Un sujet ou une question doit être introduit selon un schéma narratif précis : situation, complication, question et réponse. Selon Minto, ces quatre composants permettent à l’auteur et à ses lecteurs de se placer sur une même perspective, en disposant des mêmes éléments d’appréciation.

2 - Induction et Déduction

Un argument peut être présenté de deux manières, soit en opérant une déduction, soit par induction.

  • UTechnique de la "Pyramide de Minto"n raisonnement déductif débute par une prémisse ou une théorie qui, appliquée à la réalité, aboutit à une conclusion générale.
    Exemple : Tous les hommes sont mortels >> Socrate est un homme >> Donc Socrate est mortel.
  • Un raisonnement inductif part de l’observation de la réalité pour aboutir à une inférence puis à une théorie générale.
    Exemple : Il y a des chars russes à la frontière polonaise. Il y a des chars allemands à la frontière polonaise. Il y a des chars français à la frontière polonaise. Inférence : la Pologne est sur le point d’être envahie.

Pour Barbara Minto, il est plus facile de bâtir une structure pyramidale de raisonnement en utilisant un raisonnement inductif. Les arguments déductifs ne devraient être utilisés que dans des cas bien précis ou bien au niveau d’abstraction le plus bas.

3 - La granularité ou les niveaux d’abstraction

Pour construire la pyramide, les arguments sont hiérarchisés par niveaux d’abstraction, l’essentiel étant que toutes les idées situées à un niveau doivent résumer les idées ou arguments situés immédiatement en dessous. 

Minto

Pour être regroupées, ces idées doivent être de même nature ou catégorie. Si l’on se base sur un raisonnement inductif , il n’existe que trois catégories d’arguments possibles :

  • Chronologique : les arguments sont présentés en fonction de leur survenance dans le temps ; premier élément apparu, deuxième élément apparu, troisième élément apparu, etc.
  • Structurel : les arguments sont présentés en fonction de leur nature ou leur spécificité ; ex : pomme, poire, banane ou encore marketing, production, achats ... 
  • Hiérarchique : les arguments sont exposés par ordre d’importance ; élément le plus important, deuxième élément le plus important, etc.  

Si vous utilisez un "bon" logiciel de Mind Mapping ou de Concept Mapping, le diagramme des affinités ou l’organigramme permettra de construire efficacement une pyramide de Minto. Ces logiciels offrent de multiples possibilités pour réorganiser et créer des liens entre les arguments, ce qui facilitera considérablement le processus rédactionnel lui-même.

Loin d’être réservée au secteur du conseil, cette technique peut très bien s’appliquer à toutes les situations où une communication écrite cohérente et clairement argumentée est un atout décisionnel ou concurrentiel important.

Certes, la méthode exige de l’entraînement et de la rigueur, mais une fois maîtrisée, elle permet de réduire considérablement le temps consacrés à produire des lettres, rapports, diaporamas, ...tout en augmentant la structure logique et donc la force de conviction des arguments communiqués.